Marcy Campos Pérez

Doctorante en Histoire contemporaine à l’Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis
Rattachée à l’IHTP

La dictature de Pinochet aux écrans français. Quelques notes sur les stratégies de la solidarité internationale (années 1970-1980)

Mots clés : images, dictature, solidarité, médiatisations

Résumé :

En repérant les liens politiques forgés à partir de la solidarité, l’historienne Caroline Moine remarque avec certitude que la grande mobilisation soutenant le peuple chilien en Europe, éclatée au lendemain du coup d’État de 1973, fait exemple d’un « militantisme transnational ». De surcroît, elle précise l’importance des stratégies médiatiques et la diversité de manifestations culturelles entreprises en faveur de cette cause, comme les moyens d’informer, sinon de sensibiliser l’opinion publique internationale sur les actions de la junte militaire.

Notre communication se consacre, d’abord, à la présentation d’un bref parcours sur le « lien audiovisuel » entre le Chili et France, depuis 1973 jusqu’aux débuts des années 1980. Pendant la période, la France s’avère un espace d’importance pour la réalisation et la circulation d’images — tant cinématographiques que télévisuelles — dédiées à la dénonciation du régime militaire. Toutefois, il faut identifier les évolutions au bout de la décennie, car l’élan de solidarité se déplace progressivement d’une particularisation de la situation chilienne à son incorporation dans une mobilisation plus vaste, liée à l’Amérique latine (en particulière l’Amérique centrale, au début des années 1980).

Ensuite, nous nous attardons sur l’identification de quelques espaces et quelques stratégies de médiatisation de la solidarité, par le biais de l’audiovisuel. Au-delà des thématiques traitées par les réalisations, c’est leur insertion et leur circulation aux espaces de militance, qui façonne leur effectivité politique. C’est ainsi que, pendant les premières années de la dictature, nous trouvons une diffusion permanente de films (issus de différents pays), aux meetings et aux rencontres culturels en solidarité avec le Chili, organisés par des comités français.

Un dernier exemple du dynamisme et de l’inventivité derrière les pratiques de la solidarité est constitué par la Cinémathèque chilienne de la résistance (puis, Cinémathèque de l’exil). Dans ce cas, notre intérêt est de remarquer les dimensions éminemment transnationales de la solidarité, du fait que cette initiative — débutée à Cuba — s’articule grâce au travail des intermédiaires internationaux. L’action de cette cinémathèque en France permet de soutenir la post-production de documentaires, issus de la « clandestinité » chilienne.Un signe de renouvellement dans la médiatisation du sujet chilien, au début des années 1980.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search